Le régime de Chris Froome et Romain Bardet

Publié par Ugo D'Angelo le

Comme Bardet, les coureurs de l’équipe Sky sont partisans de la diète cétogène, très tendance du coté des athlètes d'endurance.

Source: DH Cyclisme.

Cet article vous ait proposé par Dossard 51. Découvrez nos collections de vêtements, coque de smartphone ainsi que des mugs

 

Perdu à l'intérieur d'une veste de pluie trop ample qui avait pris sur lui les allures d'une bâche, Chris Froome faisait tourner les jambes sur lesquelles ses veines ressemblaient aux cordes d'une harpe. Comme l'ensemble des autres prétendants à la victoire définitive sur les Champs-Élysées, l’Anglais est arrivé impeccablement affûté au départ de Vendée. Le résultat d'une diète à présent très tendance du coté des athlètes d'endurance : la diète cétogène. Décryptage d'une formule aussi employée par Romain Bardet.

 

Le diète cétogène, c'est quoi ?

 

Le diète cétogène est basé sur un principe de base en fait peu complexe : une alimentation très mignonette en sucre mais nettement plus fortunée en graisses. Notre corps produit naturellement du glucose à partir des protéines et des graisses disponibles dans notre corps et il n'est dès lors pas primordial d'en donner un surplus. En observant cette diète, le foie produit de petites molécules, les cétones, qui deviennent la plus importante source d'énergie de le corps. "Le corps est mieux fait, nous indique Serge Niamké, le docteur de l'apprentissage Astana. Lorsque vous le privez d'une ressource, il aime en mettre le grapin sur d'autres. Le diète cétogène, qui se fait appeler autant low carb , est basé sur cette vérité. La filière glucidique (utilisation des sucres) est, correctement, la première employée en cas d'effort physique. Avec un diète approprié, on moins que rient l'amener à plus pêcher dans les graisses et les protéines." D'après une nouvelle analyse universitaire, la participation des lipides du coté des athlètes d'endurance partisans du diète cétogène serait de 88 % durant le sport contre 56 % du coté des autres. Pour faire évident, la combustion des graisses corporelles est le tout récent combustible de le corps.

 

Quels sont les intérêts pour un cycliste ?

 

"La diète cétogène constitue deux principaux atouts pour un coureur, continue Serge Niamké. Il amène à diminuer le taux de masse grasse, car le corps va essentiellement pêcher dans ses ressources, mais il va apprendre à l’organisme à travailler comme un gasoil. En apprenant à ce dernier à employer d'autres filières, il aime maintenir en mémoire cet itinéraire si, du moins, on fait de temps à autre certains rappels. Pour être très concret, quand un coureur évoluera à une intensité moyenne, il utilisera alors essentiellement ses ressources lipidiques et également glucidiques. Cela va autoriser l'athlète d'améliorer sa zone d'endurance et de garder l'usage des sucres pour les efforts intenses avec une performance alors améliorée. Pour caricaturer légèrement, l'absorption d'un gel peut alors acquérir la conséquence d'une déesse énergétique. C'est un peu comme quand on vous prive de dessert. Au moment où vous y avez droit, ce dernier n'en est que meilleur (rires)…"

 

À quelle période réaliser cette diète ?

 

"Il faut être raisonnable avec cette façon parce qu'elle peut faire quelque chose sur le corps comme une indiscutable tempête hormonale, juge Servaas Bingé, le docteur du Team Lotto-Soudal. Un suivi médical est totalement essentiel. Ce genre de diète peut péniblement être combiné avec des séances intensives sur la bicyclette ou de énormes charges d'entraînement. Il est alors nécessaire de positionner cette diète de façon intelligente et réfléchie à l'intérieur d'un programme de courses." Selon Serge Niamké, une connaissance de la physiologie de l'athlète est aussi impérative. "Le mieux est d'effectuer un premier test au cours de l'un des stages hivernaux, afin d'analyser l'explication de le corps. Le top est effectivement de coller au plus proche de l'intention, mais cela doit être réfléchi de façon intelligente… Il est possible que certains coureurs procèdent à certains jours de diète cétogène pendant une épreuve par phases, à l'approche de 24 heures exigeante, de façon que le corps réapprenne à employer la filière énergétique lipidique."

Que mange le coureur pendant cette diète ?

 

Saumon, magistrat, légumineuse, poulet, œufs : le diète cétogène se base sur des aliments riches en bonnes graises. "On va essayer d'aller chercher de bonnes graisses, explique Bingé. Il est aussi nécessaire de veiller à varier assez la nature des aliments pour maintenir une palette assez importante de nutriments."

 

Une alimentation millimétrée chez Sky. 

 

La team britannique a dévoilé plusieurs informations concernant la diététique de Froome sur le Giro. Plusieurs jours préalablement au commencement de ce Tour de France, le Famille Sky a indiqué au journaliste de la bbc plusieurs informations concernant la diététique de Christopher Froome à l'occasion du dernier Giro. Une alimentation millimétrée. Des bonbons pour récupérer, Peter Sagan avait médiatisé la chose au cours de son triomphe sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne en 2017 quand il avait engouffré une poignée de Haribo tout juste la ligne d'arrivée franchie : oui, les bonbons peuvent s'enregistrer dans un protocole de récupération. Celui de Froome se compose des populaires gommes à l'apparence de cerises, de 0.4 kg de riz arrosé de sirop, de quatre tranches de banane, et d'une boisson ciblant à rebâtir les fibres musculaires. Un déficit de poids de 500 gr en 7 jours Un plan diététique a été couché sur papier par l'équipe du Team Sky. La dernière semaine étant la plus difficile du inédit Tour d'Italie, il était programmé que Froome perde 500 gr entre la 14e et la 18e phase. Tandis qu'il montrait 69 kilos sur la balance le jour de son triomphe au sommet Zoncolan, le Kenyan blanc était descendu à 68,5 kg pour son coup de force sur le col de Finestre. Un apport énergétique réglé pour chaque effort avant chaque phase, l'équipe Sky analyse le profil du jour et définit la répartition des améliorations sur cette dernière. Chaque col est donc analysé pour déterminer la puissance moyenne et optimale qu'elle nécessitera et la période d'effort qu'elle représentera. En fonction de l'ensemble de ces informations, un plan nutritionnelle très stricte est échafaudé . Chaque ravitaillement est donc constitué de façon précise et les coureurs savent dans les détails à quel moment et quel aliment il leur faudra assimiler.

 

 

Plus d’articles à voir sur notre blog: Dossard 51.

Source: Dh Cyclisme.


Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.